mairie artas

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Le prieure clunisien d Artas

Envoyer Imprimer

Il y a onze siècles était fondée l'abbaye de Cluny et l'ordre monastique qui en dépendait. Rapidement, un vaste réseau de plus d'un millier de prieurés se dissémina dans toute l'Europe occidentale. Parmi eux, figurait le modeste monastère d'Artas, avec ses quatre moines, placé sous le vocable de Saint Pierre. On ne connaît pas exactement la date de sa fondation. Il serait mentionné dans une bulle du pape Urbain II, en 1095 (année de son appel pour la première croisade).

Son implantation semble avoir été judicieuse, sur un promontoire, sous la protection d'un castrum (motte féodale du Châtelard), en marge d'une voie de communication (le Grand Chemin) car les monastères avaient aussi vocation à offrir l'hospitalité.














Les statuts de l'ordre prévoyaient des visites canoniques. Les constats établis sur la situation des prieurés, leur état aux plans spirituel et temporel, étaient transmis avant le chapitre général afin que les définiteurs, puissent statuer et décider des mesures à prendre, souvent pour corriger les écarts à la Règle.
Ces comptes rendus couvrent, pour le prieuré d'Artas, une période de décadence de l'ordre de la fin du XIII ème s. au début du XVI ème s. Ruine des bâtiments, endettement, négligences sur le plan spirituel, défaillance de l'hospitalité sont fréquemment relevés. A la limite des possessions du Dauphin du Viennois et du Comte de Savoie, le prieuré fut également victime de leur conflit comme le rapporte la visite de l'année 1331: « Les gens du dauphin de Viennois ont endommagé la ville et le prieuré. La ville fut incendiée du fait de la guerre des gens du comte et du dauphin. Le prieur doit poursuivre lesdits gens par les censures ecclésiastiques afin d'avoir un remboursement. »












Aujourd'hui, ne subsiste plus que notre vieux clocher roman de style lombard, dernier vestige à défier le temps. La présence d'une école accolée à l'église peut, tout de même, laisser deviner – à l'oeil perspicace – la présence d'un ancien bâtiment conventuel. Mais pour imaginer notre arbre de l'an 2000 planté dans le jardin de l'ancien cloître, il faut un réel effort d'imagination!

 








En 1835, le prieuré connut le même destin que l'abbaye-mère de Cluny: démolition des cloîtres et vente des matériaux. Seule une partie fut conservée pour y établir la maison d'école imposée par la loi Guizot aux communes de plus de 500 habitants. La reconstruction de l'école de filles au début du XX ème s. faisait disparaître ce vestige.
















 

Manifestations à venir

- Samedi 25 février 2017, Soirée théâtre, par GALA, à la salle d'animation.
- Dimanche 26 février 2017, Repas du Club Soleil d'Automne, à la salle d'animation.
- Dimanche 26 février 2017, Démonstration vannerie par Mémoire et Patrimoine, à la Grange Chevrotière.

 

Recherche

RISQUES MAJEURS

PLAN DE LA COMMUNE

Nous contacter

Météo